frzh-TWnlendeitjakorues

Comprendre et travailler sur les facteurs de stress :

Les facteurs de stress :

La peur : la peur est une importante cause de stress.

Peur de ne pas réussir, et donc peur de l’échec.
Peur de déplaire ou de ne pas être à la hauteur.
Peur du regard et du jugement des autres.

Les peurs prennent toutes sortes de formes ou d’apparences comme le stress d’ailleurs, il est important, avant toute démarche de gestion du stress, que vous identifiez votre peur ou vos peurs, si vous en avez plusieurs.
En parler peut parfois vous aider, même vous libérer dans certains cas.
En règle générale nos peurs sont générées, par l’inconnu ou ce qui est mal connus, mal perçu, cela nous déstabilise et fait intrinsèquement appel à notre animal intérieur. La peur est naturelle, elle nous sert aussi de garde-fou, de barrière de sécurité, de protection, à condition là aussi qu’elle ne soit pas disproportionnée et qu’elle ne devienne non maitrisable.

La maitrise de nos énergies personnelles est finalement la clé, mais pour y parvenir, le chemin est souvent long et parsemée d’embuches, Rome ne s’est pas faite en jour, le mental est puissant et nous donne du fil à retordre.

Les émotions : la gestion de ses émotions est particulièrement difficile, surtout si vous êtes une personne hypersensible et hyperémotive. Elles déterminent la façon d’aborder le stress, les angoisses et l’anxiété.
Pour minimiser le taux de stress, une personne émotive devra d’abord tenter de canaliser son flot émotionnel, sa sensibilité, avant de pouvoir gérer son stress, contrairement à une personne qui n’est pas émotive. Il convient donc aussi d’analyser et de déterminer le type d’émotion que vous ressentez et leurs intensités.

Dépasser ses émotions est un challenge de taille, un beau défi, parfois une vie ni suffit pas, mais ne baissez pas les bras, la moindre avancer dans ce domaine sera une victoire, et vous vous sentirez plus fort et à même d’affronter votre stress et la vie en général avec plus de courage et de détermination.
Le mieux-être est ce qui prime avant tout.

La dévalorisation de soi : la dévalorisation de soi entraine inévitablement un manque de confiance en soi, c’est l’effet papillon, boomerang ou domino, appelez-le comme vous le souhaitez.
Elle peut avoir différentes causes, par dénigrement d’autrui (voir paragraphe plus bas), par manque d’attention, pendant l’enfance et la vie d’adulte, par une perception déformée de la réalité (voir paragraphe plus bas aussi). On rencontre énormément de personne de tout âge, qui se dévalorise sans aucune raison apparente.
Même des personnes qui ont tous les outils pour réussir leur vie. Les gens ont tendance à se comparer aux autres, nous sommes tous différents et avons tous des qualités et des défauts, se croire moins beaux, moins bien habiller ou avoir moins d’argent, n’est pas constructif ni souvent réaliste ou objectif, ne vous fiez pas aux apparences, elles sont trompeuses, personnes n’est supérieur à une autre personne, à chacun sa personnalité et ses propres qualités. Se comparer aux autres et mettre l’accent sur ses défauts potentiels, qui n’en sont pas toujours, est néfaste pour l’image de soi, et n’est pas constructif.

Le manque de confiance en soi : même les personnes volontaires peuvent manquer de confiance en eux, la confiance en soi est un facteur important dans la réussite des projets en général, elle est génératrice de stress et d‘angoisse si elle fait défaut ou est insuffisante.
La personne en manque de confiance, n’a pas réellement conscience de ses qualités ou les occultes, et met plutôt en exergue ses défauts, en les augmentant sensiblement.
Une attitude négative de la part de certaines personnes, affaiblit cette confiance en soi au risque parfois de la détruire complétement, dans ce cas de figure tout est à faire ou à refaire pour se reconstruire et retrouvé son intégrité. Elle fait donc écho à la dévalorisation. Je le redis une fois encore, être bien entouré est facteur de réussite et de bien-être personnel.

Le dénigrement : entrainant souvent une dévalorisation et une baisse de confiance en soi. Ces trois notions se font échos entre elles.
Que faire dans ce cas-là ? Ne pas tenir compte des remarques désobligeantes, venant systématiquement de mauvaises personnes ou de personnes jalouses, irréfléchis, ou cherchant à vous déstabiliser volontairement.

Note : Celui qui critique et qui rabaisse, n’est que le reflet de son propre mal être et de ses propres défauts, ainsi que de ses échecs personnels.

La déformation de la réalité : la perception de notre réalité est souvent déformée, nous avons parfois tendance, à mal jugé, interpréter et comprendre ce que nous voyons ou entendons.
A ce moment-là, notre ego nous joue des tours et nous pousse vers la mauvaise direction, notre jugement étant faussé. Un jugement défaillant mène bien souvent à se bercer d’illusions, à s’embourber dans les méandres de notre esprit compliqué, car l’être humain est compliqué et aime se compliquer la vie. Certains peuvent se retrouver perchés, comme on dit parfois, accrocher à leurs illusions, manquant cruellement d’objectivité, ce qui peut mener à faire de mauvais choix et donc à générer inutilement des situations stressantes et inappropriées.

La timidité : la timidité peut aussi être un sérieux problème, générant du stress, par peur d’oser faire ou dire, voire penser parfois. La timidité c’est du sérieux, mais cela peut se régler avec le temps, il faudra travailler sur la confiance en soi pour cela.
La timidité est à prendre au sérieux, beaucoup de gens n’arrivent pas à avancer normalement dans leur vie et dans leurs quotidiens à cause de cela.
Une grande timidité est un facteur de stress très important, à ne pas prendre à la légère, alors n’hésitez pas, oser faire, oser dire, oser penser, vous êtes en droit d’affirmer votre personnalité et d’avoir votre place de choix dans la société. Mettez en avant vos qualités, et accepter de vous tromper, c’est humain.

La colère :

La colère est un facteur d’augmentation du stress, mais aussi une des conséquences des tensions nerveuses. La colère peut être provoquée par un stress important, soit à l’inverse une personne en colère ou colérique va systématiquement induire une poussée de stress important.
Que faut-il faire dans ce cas, il faut trouver un moyen de faire redescendre sa colère, en utilisant les techniques de respiration citées plus loin dans le livre, soit utiliser la pensée positive, en prenant le recul nécessaire à la situation qui génère cette colère, soit orienter son esprit sur autre chose, une activité permettant au moment de cette colère de la canaliser. En somme il faut prendre sur soi, car la colère est mauvaise conseillère et perturbe fortement la perception de la réalité, induisant des conséquences parfois désastreuses.

Le stress en général :

Il est partout, à l’extérieur, à la maison, au travail, dans les relations en général.
Si le stress est trop important, il peut dans certains cas et pour certaines personnes être un frein à l’évolution personnelle, empêchant d’avancer dans les projets de vie, quels qu’ils soient. Ne vous laissez pas parasiter, prenez les choses en mains.

Avant d’aller plus loin, voici une réflexion sur l’ego, qui peut amener de l’eau à notre moulin.